Retour à l'accueil
Retour à l'accueil
Retour à l'accueil Retour à l'accueil Ajouter aux favoris Contact
Retour à l'accueil
 
 Accueil   News   Qui sommes-nous ?   Points de vente   Contact 
Nos Produits 
 Nouveautés
 Les gammes Jean Boyer
 Whisky Malt écossais
 Best Casks of Scotland
 test
 Whisky Blended écossais
 Whiskeys irlandais
 Eau de vie de Malt
 Rhum millesimé
 Bourbon
 Pastis - Absinthe
 Armagnac
 Calvados
 Porto de propriété
 Crèmes de fruits
 Apéritifs à l'ancienne
 Carafes à Whisky
 Coffrets cadeaux
 Le savoir-faire Jean Boyer
 Le catalogue
Le Puits à Whisky 
 Le Puits à Whisky
Espace Pro 

Aout 2011

Que de choses se sont passées depuis un an. La crise du whisky est revenue en plein, car les grands groupes détenteurs de la plupart des distilleries en Ecosse, rachètent tout le whisky non conditionné qui se présente sur le marché des échanges entre professionnels. Ils n'ont pas assez de whisky, tant il est vrai que la demande mondiale s'accroît encore. Les cours ont subi des hausses vertigineuses dignes de celles d'il y a trois ou quatre ans : pourtant les arbres ne montent pas jusqu'au ciel, dit on. Mais le bon sens et la finance n'ont jamais fait bon ménage... Bref, la crise re-bat son plein, et, au train où vont les choses, les embouteilleurs indépendants (dont nous sommes) ont du souci à se faire pour le court terme. Cela réjouit les groupes, que nous agaçons comme des taons qui tournent autours des chevaux et autres grands animaux. Pourtant à certaines périodes ils apprécient qu'on les aide à se débarrasser de leurs surplus de stock. Mais la mémoire et le long terme ne font pas non plus bon ménage avec la finance qui souhaite toujours des rendements rapides, voire immédiats.

Nous préparons cependant notre rentrée avec pas mal de nouvelles références qui vont rentrer. Cette année, c'est notre Puits à Whisky qui aura encore la part du lion des nouveautés.

Une dizaine de nouvelles cuvées seront proposées dans cette gamme, tandis que les gammes en bouteilles s'enrichiront aussi de quelques nouveautés Nous avons réussi à passer entre les gouttes et à trouver ce qui nous était nécessaire pour traverser sans encombre la pénurie actuelle. Espérons que l'économie ne sera pas trop déprimée par tout ce que nous lisons dans les journaux ces temps-ci, et que la crise économique et financière passera après ses tonitruants soubresauts actuels.

Mais rien n'est moins sûr... Affaire à suivre une fois encore.


Juillet-Août 2010

La saison des anis est revenue avec les chaleurs de ces dernières semaines qui contrastent avec le printemps humide que nous avons connu. Alors pour une fois on ne parlera pas de whisky. C'est aussi cela, les vacances. 


Nous souhaitons bonnes vacances à tous nos lecteurs, et de se préparer les papilles à quelques nouveautés qui sont arrivées récemment dans nos chais et qui seront mises en vente fin septembre.

Nous aurons bien besoin de ces trois mois pour les préparer.

Ce n'est qu'ensuite que nous partirons peut être en vacances (quelques jours sans plus). Chaque chose en son temps.

Mai-Juin 2010

Nous renonçons pour le moment au projet de bière, qui mobiliserait trop de nos ressources en cette période où nous sommes déjà extrêmement mobilisés par la mise en place chez les cavistes de notre meuble "le Puits à Whisky", en même temps que la poursuite du développement de nos gammes en bouteilles. Qui trop embrasse mal étreint, dit on.

Nous avons trouvé de nouvelles cuvées pour notre gamme en Septembre, qui s'avèrent d'excellentes qualités. Nous n'en dirons pas plus aujourd'hui, reportant ces nouvelles à la période de leur sortie, en Septembre.

L'époque où la livre sterling était au plus bas se termine. Elle a bondi de 7% en quelques jours, suite à la baisse de la cote financière de l'Espagne. Nous verrons bien comment cela tournera, mais nous avons bien peur que cela ne soit pas très favorable, à l'heure où les ministres de notre pays affirment que la cote de la France sera difficile à maintenir au plus haut. Attention, ça va tanguer, il y a du vent dans les voiles et de belles vagues en perspective au niveau du prix du whisky.

Mars-Avril 2010

Après un hiver long et froid, la nature et la vie économique se réveillent. Notre clientèle de caviste semble être satisfaite de notre meuble "Puits à Whisky" et le manifeste par ses commandes. Notre gamme de whiskies s'enrichit aussi de quelques nouvelles références ce printemps-ci.

Nous avons dégusté des bières anglaises de microbrasseries qui voudraient nous confier la commercialisation de leurs productions. Nous ne savons que faire. Sommes nous faits pour ce commerce où le transport est un élément important du coût, donc du prix de vente ? Et par conséquent où toute la chaîne logistique doit être pensée et quotidiennement remise sur les planches dans le détail ? Ce n'est pas notre métier actuel. Nous devons réfléchir et répondre à cette question avant de prendre des engagements. Mais il est vrai que bière et whisky font très bon ménage sur le plan du goût, et que les pubs écossais résonnent souvent des mots "Pint and Whisky !" (Une pinte de bière et un whisky !).

Affaire à suivre donc...

Fevrier 2010.

La neige et le froid ont fait des ravages dans les entrepôts souvent gigantesques qui tiennent lieu de chais en Ecosse et particulièrement dans les Highlands.

Les toits se sont quelquefois effondrés sous le poids de la neige, recouvrant les piles de tonneaux de plaques métalliques et autres poutrelles tordues dans leur chute.

On nous tient en haleine pour des échantillons qui devraient venir de ces parages, et qui sont retardés sans cesse, jusqu'à ce que les toits soient réparés : des mois selon nous.

Pas d'échantillon, pas d'achat. Les courtiers se morfondent et nous avec.

Il ne reste plus qu'à boire un verre pour se remonter le moral.

Slainthe !

Janvier 2010.

La crise du whisky qui sévit depuis trois ans en Ecosse donne les premiers signes d'essoufflement.

Le consommateur a remarqué que les prix des whiskies ont fortement augmenté depuis trois ans.

C'est qu'en Ecosse les scores de vente à l'exportation du whisky dépassent chaque année le record de l'année précédente dans des proportions assez importantes. Ce phénomène dure depuis déjà plusieurs années.

D'où des stocks insuffisants, et une hausse des cours du whisky "bulk" (en "vrac", c'est à dire en citernes ou en fûts) dans les échanges entre professionnels.

De très grandes distilleries ont été construites et d'autres agrandies pour faire face à cette forte demande. Mais il faut trois ans de fût à un whisky pour qu'il puisse légalement être appelé whisky, et il faut donc encore attendre avant que ces nouvelles productions n'arrivent sur le marché
.

Durant cette attente, les prix du "vrac" augmentent, et ont atteint des hausses qui vont jusqu'à 300% en trois ans pour les whiskies de l'île d'Islay ou provenant de sherry wood, ou encore pour les jeunes "blended", mais qui pour les autres se limitent (si l'on peut dire ) à 100-200%.

Sur le marché, ces hausses sont en partie compensées par les efforts de certains importateurs pour réduire leurs marges en attendant la fin de la crise, et par la baisse du cours de la livre sterling, qui a perdu 25% dans le même laps de temps. Enfin les taxes sur les alcools qui constituent une partie importante des prix des whiskies, n'ont pas changé sensiblement au cours de cette période.
 
La nouveauté de ces temps-ci, est qu'il arrive de plus en plus de lots de fûts de malts jeunes (moins de 10 ans) sur le marché du "vrac", et que par conséquent les stocks se reconstituent, ou du moins que la politique de rétention des stocks commence à être moins suivie par les producteurs ou détenteurs de stocks.

On peut espérer que ces offres nouvelles soient suffisamment nombreuses pour que les cours commencent à baisser...

Affaire à suivre...


Jean BOYER

 Retour à la page précédente

AcceuilGamme - Catalogue - Carafe - Coffret - Whisky -  Bourbon - PastisPuitsNews - Savoir - Histoire

 
 Accueil   Contact   Mentions légales